Useful site is about custom coursework writing help

Mots de transition dans une dissertation examples

Apr 16, 2018

Mots de transition: énumération des arguments
D’abord
Tout d’abord
En premier lieu
Ensuite, de plus
Finalement
En outre
Par ailleurs
En dernier lieu
enfin

Pour débuter:
D'abord, ...
En premier lieu, ...
Pour commencer, ...
Premièrement, ...

Pour terminer

En conclusion, ...
Pour conclure, ...
Enfin, ...
Finalement, ...
En dernier lieu,...

Mots de transition: formules de concession
bien que...
il y a aussi...
il est vrai que...mais
tout en reconnaissant que...on peut supposer que

Illustration
Par exemple
En fait
Prenons le cas de...
Considérons, par exemple...
L’exemple le plus significatif...

Opposition
Cependant
Mais
Pourtant
Toutefois
Néanmoins
Contraste
Alors que
Tandis que
Par contre
En revanche

Pour marquer l'opposition ou le contraste
Pourtant, ...
Cependant, ...
Toutefois, ...
En fait, ...
Malgré cela, ...
Malgré tout, ...

Conclusion
Donc
Ainsi
Aussi (au début de la phrase)
En conséquence

Continuation
En outre
Par ailleurs
De plus
D’autant plus

Mots de transitions: pour conclure un texte
Pour conclure
Pour toutes ces raisons
En somme
Ainsi
Donc

Pour présenter une thèse
Tout d’abord, il faut dire que
Tout d’abord, examinons
Commençons par examiner

Pour relier deux éléments
Tout d’abord
En premier lieu, puis, et en dernier lieu
En tout premier lieu
Pour comprendre...il faut tout d’abord
Premièrement, deuxièmement, troisièmement
Enfin

Pour donner un exemple
Prenons le cas de
Il suffit de prendre pour exemple
...en est un exemple frappant
...illustre bien...
Pour prendre un autre exemple
par exemple
...est l’exemple le plus frappant de...
...illustre bien... (+nom)
...est un bon exemple
...prenons le cas de...

Pour être plus précis
en particulier
un aspect plus spécifique
plus précisément

Pour marquer l’accord
Il faut reconnaître que
Il est indéniable que
(et) à juste titre

Pour marquer le désaccord
Mais en réalité
...ne tient pas lorsque l’on examine attentivement

Pour souligner un argument
de toute évidence
l’aspect le plus important de...(+nom)

Pour mettre un détail en valeur
le fait que...est révélateur
il ne faut pas oublier que
il faut souligner que
on trouve ici un exemple important, à savoir que...
la caractéristique principale de
afin d’attirer l’attention sur
...est/sont intéressant(e)(s) du fait que...

Pour marquer la conséquence
De même,...
De la même manière, ...
au fur et à mesure de + nom
au fur et à mesure que + indicatif
à nouveau, de nouveau
Une fois de plus,...
encore une fois,...
Après cela,
Après que + indicatif
Puis...ensuite...
Alors, ...
Donc,...
Aussi...
De plus,...
Qui plus est, ...
En outre, ...
Outre cela, ...
Par la suite, ... plus tard, ...
Comme on pouvait s'y attendre, ...
En conséquence, ...
Par conséquent, ...

Pour marquer la causalité
à cause de cela,...
c'est pour cela que...
c'est la raison pour laquelle...
c'est pourquoi...
c'est ainsi que...
de sorte que...
de façon/manière que...
de ce fait,...
à partir de là,...
c'est dans ce but que...
parce que...
grâce à...à cause de...
car... puisque...

Autres expressions utiles
Il s'agit de ...(invariable)
il est question de ...
étant donné que ...
par rapport à ...
en ce qui concerne ...
touchant à ...
Selon ..., suivant, d'après ...

19 avril 2008

Une dissertation réussie comprend cinq points-clés. Il est important de n'en négliger aucun. Pour cela, il faut bien gérer son temps de travail afin de ne pas être pris au dépourvu. Voici quelques conseils méthodologiques pour y parvenir.

Analyser le sujet

L'analyse du sujet est essentielle. Pourtant, elle est souvent négligée et la précipitation accouche fatalement d'un hors sujet.

Il faut donc lire et relire le sujet afin de s'en imprégner. Cette lecture peut durer une quinzaine de minutes. On peut encadrer sur le sujet les liens logiques qui structurent l'énoncé et souligner les mots-clés afin de dégager une première articulation de la pensée. Il ne faut pas négliger les mots qui paraissent difficiles, car ils abritent souvent le coeur de la réflexion.

La reformulation du sujet

Reformuler correctement le sujet permet d'en dégager la problématique. Il suffit souvent de reprendre les termes du sujet et de mettre celui-ci à la forme interrogative. Par exemple, la question de départ du sujet « Le lecteur participe activement à la construction du sens d'une oeuvre » pourrait être formulée ainsi :

« Quel rôle le lecteur joue-t-il dans la construction d'une oeuvre, dans l'élaboration de sa signification ? Comment peut-il agir dans cette entreprise ? »

Cette reformulation doit être rédigée proprement, car elle sera intégrée à l'introduction.

Dégager une problématique

La problématique est une notion essentielle et difficile. Ce n'est pas une simple question, car elle n'admet aucune réponse péremptoire. C'est au contraire l'ensemble des problèmes que l'on peut dégager d'un énoncé et auxquels le devoir doit apporter des éléments de réponse. Cette réponse n'est pas définitive et contient au contraire des termes inconciliables.

Par ailleurs, la problématique comporte, outre l'interrogation, une démarche progressive de discussion. Chaque partie du plan constitue non pas une réponse, mais un point de vue face au sujet, un angle d'étude différent.

Pour dégager convenablement une problématique, il faut d'abord se demander pourquoi le problème du sujet se pose et développer des antithèses.

Pourquoi le sujet ?

Il faut en quelques sortes interroger le sujet avant d'y répondre. Prenons l'énoncé suivant : « Quel est le rôle des descriptions dans un roman ? ». Il s'agit de se demander si les descriptions ont véritablement un rôle, si oui lequel, si celui-ci est différent pour l'auteur et pour le destinataire, comment juger une oeuvre qui ne comporterait aucune description ou au contraire une oeuvre sans présence narrative.

Choisir un plan

Le plan est le fil conducteur qui permet de traiter la problématique. Il découle naturellement des éléments des pistes de réflexion contenues dans la problématique. Le plan en trois parties est à privilégier. Il vaut mieux toutefois se contenter d'un plan en deux temps plutôt que de s'efforcer de rédiger une troisième partie artificielle.

Le plan dialectique

C'est le plus courant, mais attention, il ne convient que si le sujet contient une opposition. Il propose dans un premier temps une réflexion sur la thèse défendue dans le sujet, puis nuance cette thèse dans une deuxième partie et, dans un troisième temps, tente de développer une synthèse qui consiste généralement à dire qu'il est impossible de trancher entre les deux thèses (ou mieux, que l'on peut opter pour une troisième voie). C'est le fameux plan « thèse, antithèse, synthèse ».

Le plan analytique

Il convient lorsque le sujet exige des approfondissements successifs. Il permet de détailler des faits, d'envisager tous les aspects d'une problématique sans que ceux-ci s'opposent. La première partie est consacrée à l'analyse de la problématique. La deuxième aborde l'étude de ses causes et de ses motivations. La troisième traite de ses conséquences et de ses solutions.

Introduire et conclure

L'introduction et la conclusion sont souvent négligées. C'est une erreur, car elles constituent par définition l'entrée et la sortie du correcteur dans le devoir, donc sa première impression et sa sensation finale. Contrairement au développement, elles doivent être intégralement rédigées au brouillon afin de ne pas être pris au dépourvu dans les devoirs en temps limité. Un devoir dont la conclusion est bâclée ou, pire, un devoir sans conclusion sont en effet particulièrement mal vus par les correcteurs.

L'introduction

La conclusion

Rédiger et présenter

La présentation du devoir est primordiale et pourtant souvent négligée. Il ne faut pas perdre de vue que les correcteurs corrigent des dizaines de copies et sont donc naturellement mieux disposés à s'intéresser à un devoir agréable à l'oeil.

Il faut absolument aérer son devoir. Cela consiste à séparer clairement l'introduction et la conclusion du reste du développement. À l'intérieur de celui-ci, un espace marquera la transition entre les étapes de la réflexion. On peut par exemple opter pour un saut de trois lignes entre l'introduction et le développement, deux lignes entre chacune des grandes parties et une ligne entre les sous-parties.

Il faut également laisser impérativement une marge conséquente au correcteur (quatre centimètres au minimum), de même qu'un espace pour les commentaires généraux en en-tête.

Par ailleurs, l'écriture doit être soignée et l'usage de l'effaceur... discret.

When you learn something from people, or from a culture, you accept it as a gift, and it is your lifelong commitment to preserve it and build on it. Yo-Yo Ma

Previous: High school achievements essay writer
Next post: Freelance proofreading jobs india